Réflexions

Depuis ce que tu m’as fait

andrew-neel-143525

Depuis ce que tu m’as fait

J’ai peur du noir,

J’ai peur d’aimer

J’ai peur de la fille dans la cour qui ne veut plus que je passe devant elle sinon elle va me frapper.

J’ai peur des autres,

J’ai peur de me montrer nue dans les vestiaires.

J’ai peur de mon père et de ma mère, de leur colère s’ils l’apprenaient.

J’ai peur de mal faire,

J’ai peur de dire des indices et que les gens devinent ce que j’ai vécu.

Alors, je me tais et je me cache, je fais semblant, je dis que oui, tout va bien.

Alors je fais attention à ce que je dis, à ne pas dévoiler mes émotions.

Et je continue ma vie comme je le peux.

je continue mes cours de musique alors que cela ne me plaît plus, alors qu’en solfège on se moque de moi et qu’on me traite de simplette. Je continue et je ne réponds pas. Je ne sais pas me défendre.

Depuis que tu m’as fait ça, je me dis que c’est normal, que je suis une faible.

Depuis que tu m’as fait ça, rien ne va plus.

Un jour, j’ai enfin compris que ce que tu m’avais fait n’était pas normal, et que ça n’était pas de ma faute. Alors j’ai parlé.

Depuis, je ne peux pas dire que je vais bien, je peux juste dire que vais mal différemment.

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Depuis ce que tu m’as fait »

  1. Pour aller mieux différemment, ne faut il pas porter plainte ? Faire valoir ses droits, d’être, de femme, de victime ? (Cette phrase n’est ni une accusation, ni un jugement de valeur, car je ne sais pas…) Douces pensées

    Aimé par 2 people

  2. En parler c’est effectivement plus efficace… Écrire sans dire, ça ne fait que dilué ce que l’on ressent, l’atténue un peu, plus on met des mots, mais ça reste toujours là, au fond, sans jamais disparaître… Un peu comme l’homéopathie… Ça sert à rien avec le temps…

    Aimé par 2 people

  3. Ça déchire le cœur de lire ton témoignage… et je comprends mieux tes articles précédents et ta quête insatisfaite de l’épanouissement. As-tu essayé de te rapprocher d’une association d’aide aux victimes ? Je comprends, j’imagine disons, combien le combat intérieur pour arriver à porter plainte doit être difficile. Et ça me révolte d’autant plus qu’il existe des prescriptions pour ce genre de crimes… Est-ce que tu es suivie ? Une oreille avisée me semble indispensable pour entamer une réconciliation avec soi-même. Bon courage. Des baisers.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton message, oui j’ai participé à des groupes de parole mais au final ça me faisait plus de mal que de bien de ressasser toujours les mêmes souvenirs, du coup j’ai arrêté. Je suis suivie par un psy EMDR et ça m’aide beaucoup. Encore merci pour tes paroles, ça me fait chaud au cœur.

      Aimé par 2 people

  4. Un joli texte qui résume tes ressentis.
    J’imagine qu’il est dur de porter plainte, d’aller au delà de tout ce que cela va faire ressurgir, mais peut être que ce serait une solution pour pouvoir avancer, te sentir fier d’avoir été au bout, de voir la personne coupable reconnu coupable et d’avancer dans ta vie libre de tout ce passé.
    Ce qui peut être difficile ,c’est le regret de na pas avoir dénoncé les choses, les personnes. Souvent on attend parce qu’on ne se sent pas prêt ou parce qu’on se dit qu’on a le temps, et parfois la vie defile et la personne disparaît sans qu’on est eu le temps de régler les choses qui nous pèsent…. Il est evident qu’il est toujours plus facile de donner des conseils lorsque l’on a pas vécu cela.

    Aimé par 1 personne

  5. Je t’encourage aussi a en parler, à poser les mots. Oui c’est difficile de ressasser. Mais toi tu n’y es pour rien. Tu as le droit de dénoncer ce qui est mauvais, ceux qui ont mal agis. Ils savaient que c’était mal j’imagine.
    Toi tu n’as rien fait de mal. C’est ca être une victime. Dire que tu as été victime sera peut être douloureux un temps, surtout pour ton / tes bourreaux, mais au final tu iras beaucoup mieux apres.
    Je te conseille le livre ( que tu as peut être déjà devoré)  » parents toxiques » c’est libérateur.

    Ici mon père était ( très ) violent physiquement et je l’ai crié sur tous les toits. Je n’ai pas porté plainte car il a changé grâce à moi mais j’y ai pensé à des moments pour la sécurité des autres.. Ca m’a fait beaucoup de bien. Et en réalité, les gens s’en fouttent.
    Je t’envoie pleins de courage. Continue d’écrire ❤️❤️❤️

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s